FR

Bénéfices environnementaux et économiques du recours aux drones pour la maintenance des systèmes d’atterrissage aux instruments

Les drones toujours plus nombreux représentent un nouveau défi pour la sécurité, mais offrent aussi de nouvelles possibilités en termes d’innovation. Skyguide a lancé en 2016 un projet d’utilisation de drones pour la maintenance des systèmes d’atterrissage automatique. Depuis janvier de cette année, un drone doté d'un équipement spécial est opérationnel aux aéroports de Zurich et de Genève. Par cette approche novatrice, skyguide prévoit à moyen terme de réduire à la fois ses coûts et l’impact sur l’environnement de manière substantielle.

Les systèmes d’atterrissage automatique fournissent aux pilotes un guidage de précision pour une approche et un atterrissage sur piste en toute sécurité en conditions de visibilité réduite. Or dans les aéroports de Suisse, ces systèmes doivent être calibrés tous les six mois. Cette opération s’effectue au moyen de vols de calibration réalisés à différentes altitudes et selon différents angles. Un avion doté d’un équipement spécifique doit être affrété spécialement depuis l’Allemagne. Il s’agit d’une opération coûteuse génératrice d’émissions de gaz à effet de serre et de bruit durant les périodes de faible trafic, généralement pendant la nuit dans le cas des aéroports internationaux.

 

Un drone spécialement équipé déjà opérationnel à Zurich et à Genève
« En recourant à des drones pour la maintenance des systèmes d’atterrissage automatique, skyguide va pouvoir réduire ses coûts et les nuisances opérationnelles, mais aussi les émissions de CO2 et de bruit », se réjouit Hervé Demule, ingénieur de la navigation aérienne/navigation engineer et chef de projet. Des drones sont donc utilisés pour la maintenance préventive et corrective du système d’atterrissage aux instruments (ILS) depuis janvier 2018 aux aéroports de Zurich et de Genève et seront également déployés dans les aéroports régionaux durant le deuxième semestre de cette année. Le recours aux drones est également examiné pour d’autres systèmes d’aide à la navigation.

 

Hervé Demule précise encore : « Nous collectons actuellement des données, afin de nous assurer de la fiabilité et de la précision des résultats. Vers la fin de 2019 et une fois que la précision des mesures et leur corrélation avec les vérifications en vol seront confirmées, skyguide entend réduire les vols de calibration effectués par avion ».

 

Nombre de vols de calibration divisé par deux d’ici à 2020
L’utilisation de drones équipés d’instruments de mesure doit permettre de réduire le nombre de vols de calibration et leur programme de mesure de moitié depuis 2020 et de 70 % à partir de 2023, ce qui se traduira dès 2020 par un abaissement des émissions de CO2 de 142 tonnes par an. Skyguide estime qu’à l’horizon 2023, la réduction de ces émissions devrait avoisiner les 199 tonnes par an.

 

Les experts de skyguide présenteront leur solution novatrice à l’International Flight Inspection Symposium IFIS à Monterey, en Californie, jeudi 19 avril 2018. Pour plus d’informations : https://www.ion.org/ifis/abstracts.cfm?paperID=5590